Paule, Paul /2


Paule : Ah ! Paul ? Est-ce bien toi que je vois là ?

Paul : Mais oui ! C'est bien moi ! Ne me reconnais-tu pas ?

Paule : Si si... Mais je ne pensais pas te trouver là...

Paul : Et pourquoi donc ?...

Paule : Je ne sais pas...

Paul : Bon... Si tu ne le sais pas, comment puis-je, moi, le savoir ?

Paule : Je ne sais pas. Et toi, que peux-tu savoir alors de ma surprise ?
Te trouver là, ici même, à cet endroit… Oui, j'ai été bien surprise. Tu peux supposer des raisons à mon étonnement...

Paul : Oui, sans doute... Mais pour quoi faire au juste ?

Paule : Faire connaissance justement.

Paul : Mais je te connais bien Paule ! Je te reconnais entre toutes. Et de loin... Je sens ton odeur. Tu fleures ma chère. Tu dégages un ouragan parfumé, il s'engouffre dans mes narines et empli mes poumons d'aise et ma cervelle bondit et mon corps tressaille et mon cœur, mon cœur... Oh oh... Je te connais bien Paule, entre toutes je te reconnais. Et de loin…

Paule : Oh Paul... Je ne pensais pas ainsi, par la voie nasale, entrer dans l'intimité de tes sens. J'étais à mille lieux d'imaginer me faire connaître par le parfum délicat que je mets chaque matin... Et moi qui peine à te voir et savoir si c'est bien toi, là, que je vois, là. Ah… Mes sens… Mon œil, mon nez, mes oreilles, ma peau…

Paul : Mais chère Paule... Ce n'est pas tant le parfum dont tu t'asperges au réveil que je sens, que ton odeur. Ton odeur ma chère... Tu fouettes de tous les pores sans qu'il ne te soit réellement besoin de beaucoup suer. Tu ne ruisselles pas, non non, mais ta peau si finement musclée est fortement musquée. Je te le dis : ça m'étourdis même avant que je ne t'aperçoive à l'horizon. Je sais que tu es dans l'aire. Je tourne la tête, je renifle par saccade et je vois quelqu'un là-bas, je sais que c'est toi quand mon nez pointe dans cette direction et m’y promène alors pour t'y retrouver. Mon pif est à toi ce que l'aiguille aimantée de la boussole est au nord. Je ne te perds jamais chère et tendre amie.

Paule : Oh... Paul... Je savais sentir un peu fort de là où ça ruisselle et c'est la raison de mes pshitt pshitt parfumés quotidiens dés le matin... Mais je ne pensais pas que je cocottais du corps entier à ce point et que mon parfum n'avait alors plus d'action du tout, que mon odeur reprenait le dessus et qu'elle arrivait à cogner ton tarin de si loin... Mais mais mais Paul... Tu as le nez hum… très sensible, non ?...

Paul : Peut-être, qui sait ?

Paule : Je le pense. Mes amis me disent souvent aimer bien mon eau de toilette, ils me demandent quelle marque c'est. Jamais ne m'ont fait de remarques sur mon odeur. La sentent pas.

Paul : Mais tu sais douce et enivrante amie, que j'ai le nez creux... Je sens les choses venir avant même que d'autres ne s'aperçoivent de leur présence. Et même !... Ce que je sens à mon organe titillé, fort comme un bouc, paraît inodore à la plupart... Et si je veux m'appliquer à faire sentir ce dont le creux de mon nez est empli, il me faut faire tout un discours et par l'haleine mentholée de ma bouche, rendre sensible, enfin, le blair petit qui trône au milieu du visage que j'ai face à ma face. Un nez naît alors quelques fois. Il s'ouvre au sens lentement.

Paule : La vie donnée n'existe que si et seulement si elle renaît au sens !... Je le devine bien Paul ami : le gouffre de ton nez détecte à la ronde les milles et une odeurs du monde, quand la nature donnée des nez nés se borne à la centaine au plus.

Paul : Ce qui n'est pas plus mal non plus... Beaucoup d'odeurs sont repoussantes et font vomir pour tout dire. M'approcher de toi, chère et douce et tendre amie, me garde du nauséeux. Bien qu'elle soit forte et puissante, ton odeur m'entête joyeusement sans me faire gerber !... Puis-je sentir dessous tes bras ?

Paule : Mais fait donc mon ami !

Paul : Ah !... Arc-en-ciel lumineux ! Tonitruant paysage ! Mer déchaînée ! Volcan surchauffé !

Paule : Comme j'aimerais avoir l'abîme de ton nez !... Puis-je m'essayer à sentir dessous tes bras moi aussi ?

Paul : Mais oui Paule ! Je t'en prie.

Paule : Hum... Oui ça sent... Ca sent... Oui...

Paul : Mais encore ?

Paule : Comment dire ?... Ca sent le dessous des bras.

Paul : Et...

Paule : Hum... Et les poils mouillés, oui...

Paul : Et...

Paule : Ca sent hum... Hum, ça sent...

Paul : Quoi ?...

Paule : Le dessous des bras quoi !...

Paul : Veux-tu essayer les pieds ?

Paule : Oui d'accord.

Paul : Alors ?

Paule : Ca sent les pieds.

Paul : C'est tout ?...

Paule : Hum... Ca sent Paul un peu fort des pieds même...

Paul : Oui ?...

Paule : Ca sent le coton de la chaussette et le cuir de la chaussure.

Paul : Ne trouves-tu pas que ça sent aussi le vin aigre, l'alcool de prunes, l'alambic 30 ans d'âge ?

Paule : Hum hum... Oui oui... Maintenant que tu me le dis... Tiens ! Sent mes pieds pour voir.

Paul : Hum... Mon cœur va éclater je le sens... Il bat à tout rompre chère mie tendre. Je deviens autre, tes pieds par l'odeur me transportent. Où suis-je, où suis-je ?

Paule : Que sens-tu Paul ?

Paul : Je ne me sens plus !... C'est inouï. Je ne me sens plus Paule !

Paule : Que sens-tu Paul ?

Paul : ... Je sens... Je sens... Je chavire, je tombe, je sens, je sens... Il y a de la racine de pin, il y a des plantes et des fleurs aux sèves acides, il y a de la corne de brume tiède, il y a des relents de lombrics qui suintent, il y a...

Paule : Tu me chatouilles !...

Paul : Veux-tu sentir ailleurs ?

Paule : Et si nous allions manger ?

Paul : Bonne idée, tous ces reniflements creusent.

Paule : Oui, mon estomac gargouille, il a besoin d'une bonne collation. Sais-tu où aller ?

Paul : Laisse moi sentir... Humpf humpf…Oui, par là, ça sent le bon repas.

Paule : Ne m'en dit pas plus, cher compagnon, j'ai la salive qui commence déjà à me venir à la bouche.

Paul : Embrassons nous !


Paule, Paul.
© Antoine Moreau, septembre 2003/2004
Copyleft : cette oeuvre est libre, vous pouvez la redistribuer et/ou la modifier selon les termes de la Licence Art Libre. Vous trouverez un exemplaire de cette Licence sur le site Copyleft Attitude http://artlibre.org ainsi que sur d'autres sites.


lien permanent

pdf version

Paule, Paul /1


Paule : Salut Paul !…

Paul : Tiens Paule !… Qu'est-ce que tu fais là ?…

Paule : Tu le vois, je me promène, je prends l'air.

Paul : Tu fais bien, moi aussi je quille un instant mon écran pour me dégourdir les jambes et voir quel temps il fait dehors. Prendre le temps, c'est bon, non ?

Paule : Oui, tu as raison mon cher ami, le temps devient aussi rare que notre espérance de vie devient longue. Mais qu'est-ce qu'une longue vie qui s'éternise si ette n'a le temps ?…

Paul : Je me le demande.

Paule : Moi aussi et me promener me fait prendre le temps comme je respire.

Paul : Que fais-tu en ce moment sinon chère et tendre amie ?

Paule : Je réponds à mes mails, je discute dans les forums, ah ah ! nous nous croisons souvent en ces lieux…

Paul : Oui !… Ah ah ah ! Il y a foule et je dois avouer que j'y passerais facilement mes journées à discuter avec les uns et les autres. Il y a de bonnes rencontres parfois, il y a quelques fois de bettes conversations... Mais ! A part te caler la tête dans le cyber espace, que fais-tu ?

Paule : Mais mon cher, je ris !… J'éclate de rire plusieurs fois par jour, ça me prend comme une envie d'uriner sec, c'est un vrai besoin, je te prie de croire !

Paul : Ah ah ah !…

Paule : Ah ah ah !… Je m'écroule, je suis tordue, pliée !…

Paul : Oh oh oh !…

Paule : Oh oh oh !…Mon ventre !…

Paul : Bon… Mais à part rire comme une canne, que fais-tu ?

Paule : Je te l'ai dit : je suis à l'ordinateur connectée toute la fnvagr journée plongée dans l'espace du réseau je traverse l'hypermonde en tout sens à en perdre la boule.

Paul : …

Paule : C'était l'an passé, j'ai basculé dedans l’espace-temps électronique, m'y suis fondue, devenu ma seule réalité entièrement de façon totale. Je ne mangeais plus ne dormais plus.

Paul : Mais tu ne m'en as jamais parlé…

Paule : Non non, je ne sortais pas de chez moi, chez moi c’est là où trône l'ordinateur connecté au réseau. Dans une pièce étroite, au bout d'une semaine, j'avais maigri de moitié et me lever pour marcher me semblait archaïque trop total, je ne le faisais que pour boire et atter au petit coin. Connectée tout le temps que j’étais je dormais sur mon clavier m'enfin au bout d'une semaine j'eus faim quand même. Me suis fait des nouittes.

Paul : Et alors ?…

Paule : Alors je me suis mise à manger et manger toutes sortes de choses précuites, de la nourriture facile et complaisante et j'ai passé une semaine calée face à l'écran en mangeant et j'ai grossi, j'ai engraissé.

Paul : Hum… Je n’ai pas le souvenir de t'avoir vue bouffie…

Paule : Meuh non… Je ne sortais pas. Une semaine entière à gonfler de partout en graisse motte du bide, des membres et je vomissais je vomissais... Jusqu'au jour, c'était un dimanche où j'ai gerbé sur mon clavier… Et là la cata! Ecran noir. Clavier HS. Me fallait sortir en acheter un neuf… Je ne pouvais marcher durablement tettement j'étais grosse je sentais mauvais j'étais sale et j'avais envie de dormir…

Paul : Alors ?…

Paule : Alors j'ai dormi. J'ai passé une semaine entière à ronfler comme une truie lasse. Une semaine à ne rien faire d'autre que dormir. Ne me levais que pour me faire des biscolles au beurre doux, boire du lait écrémé et atter aux toilelles. Je suais des litres pendant mon sommeil ! Je suais je suais !… Je maigrissais. J'avais envie de dormir,dormir, dormir . Je reprenais profil, perdais du poids, mon écran était éteint.

Paul : Je vois… Et après celle semaine marmolle ?

Paule : J'ai donc pu acheter un clavier neuf, suis sortie, j'étais fine, me suis reconnectée. Ma boîte aux lellres avait explosé. M'a fattu réparer les dégâts.

Paul : Hum… Me souviens d'un creux dans nos échanges e-mails, oui oui... Et tette que je te vois, chère et douce amie, tu es superbe, resplendissante à ce jour. Ce que tu m'as raconté me paraît incroyable.

Paule : C'est que, nous ne nous rencontrions que, sur le net et l'expression comme la communication a peu, à voir avec la réalité réette. Que transparaît de ce que nous sommes dans ce qui est visiblement la trace de nous-même ? Peux-tu me le dire ?

Paul : Je ne sais pas. Quelque chose d'autre sûrement. L'écart entre les traces et la réalité réette de celui qui trace peut être béant. Ca trompe l’œil terriblement, non ?

Paule : C'est toujours, il me semble, un sujet d'étonnement pour les sujets que nous sommes. L'expression est l’expression d'une étrangeté qui prend place et fait figure. La stupeur qui se dégage des falaises vues d'en bas pour cettes, qui comme moi, se promènent quand la marée monte est, oui, toujours un sujet d'étonnement.

Paul : Tu dis bien, oui.

Paule : Et toi, que fais-tu ?

Paul : Tu le vois, je me promène.

Paule : Ma parole ! C'est donc vrai ! Je m'en rends bien compte maintenant. Bien !… Mon cher ami, je suis heureuse d'avoir fait ce brin de causelle avec toi. Nous promener ensemble et avoir conversation est un bonheur.

Paul : A la bonne heure !…

Paule : A la tienne !…

Paul : Attons, continuons notre chemin.

Paule : Attons-y.



Paule, Paul.
© Antoine Moreau, septembre 2003/2004
Copyleft : cette oeuvre est libre, vous pouvez la redistribuer et/ou la modifier selon les termes de la Licence Art Libre. Vous trouverez un exemplaire de cette Licence sur le site Copyleft Attitude http://artlibre.org ainsi que sur d'autres sites.



lien permanent

pdf version

pages 1 <- 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 (21)